Fingers in the news : Willem-Alexander devient roi de Hollande !

finger003© Bad Ced

More Dr Fingers on Bad Ced International (Facebook fan page) !

Publicités

Together Alone : Alex Hepburn présente son 1er album en exclusivité pour Fais Netour

Alex Hepburn fait une entrée pour le moins remarquée dans le monde de la musique ! Son premier EP «Pain Is» a immédiatement été proclamé «single de la semaine» sur iTunes. Cette jeune et talentueuse chanteuse UK, à la personnalité attachante, est aussi pétillante que jolie. Alex Hepburn nous offre un savoureux premier album, « Together Alone » sortie le 15 avril dernier. Un opus de qualité qui offre un mélange de fraîcheur et de douceur aux notes résolument rock and soul-blues.

Interview réalisé par Julia-Myriam Sadel

alex-hepburn (1)

Pouvez-vous en quelques mots définir la femme et l’artiste que vous êtes…

« Je pense être une femme et une artiste avec une vieille âme. A ce jour plus rien ne m’étonne dans la vie. J’ai une nature passionnée, impulsive et quasi obsédée par mon art : la musique !»

Vous n’avez pas vécu dans un milieu musical, comment cette passion est-elle née ?

Nous avions un piano à la maison, et lorsque j’étais petite je pianotais dessus, j’aimais particulièrement reprendre des musiques de film ou encore les sons que j’entendais. D’ailleurs, lorsque ma mère, qui a une personnalité très forte, me poussait à perfectionner mon jeu, je faisais l’inverse (rires). L’ironie de l’histoire est que j’ai arrêté l’école très tôt, il a donc fallu donc que je travaille et la musique s’est naturellement présentée à moi, d’abord comme une passion, un loisir.

Vous aimez écrire c’est indéniable, vous vous définissez d’ailleurs comme une poétesse, d’où vous viens cette aisance ?

La vie, mon regard sur la vie sans oublier mon vécu. Mes proches ont été une source d’inspiration notamment à travers la maladie. La confusion également que l’on ressent lorsqu’on passe du statut d’enfant à l’âge adulte. Je n’aime pas vraiment parler de tout cela car je n’ai pas vraiment eu de jeunesse et cela m’a rendu mature très vite, trop vite. Je retiens surtout que ; ce qui ne te tue pas, te rend plus fort ! J’ai d’ailleurs l’impression de retrouver une certaine forme d’enfance, j’adorerai aller à Disneyland (rires).

Votre album est mélancolique, mais pas triste, qu’en pensez-vous ?

Je suis d’accord, il est effectivement mélancolique dans son ensemble. Ce qui est « drôle », c’est que ma vie a été relativement triste alors qu’aujourd’hui c’est l’inverse. Je me dis que j’aurais peut être du continuer à écrire pour ce premier album (rires).

Under est un titre entrainant, envoûtant et pour reprendre une phrase du titre, pensez-vous vraiment que les mots peuvent tuer ?

Le titre parle de violence domestique et pas seulement d’une histoire d’amour, ce titre est beaucoup plus sombre qu’il n’y paraît…oui, les mots peuvent tuer mais en fait dans cette histoire, c’est un peu plus compliqué car la fille est déjà morte. J’aime choquer, d’ailleurs, le clip n’est pas assez provocant à mon goût, j’aurai aimé qu’il génère plus d’émotions.

Vos influences sont Nina Simone, Billie Holiday, Patti Smith, Jimi Hendrix ou encore Bob Dylan, pouvez-vous m’en parler ?

Se sont des âmes torturées pour la plupart, à travers cette souffrance et grâce à leur art, ils ont su donner naissance à des choses magnifiques. Ce que je retiens d’eux c’est qu’ils ont vécu intensément leur vie et qu’ils sont morts jeunes. J’ai de l’admiration pour ces artistes mais je n’ai pas pour autant envie de leur ressembler.

 Si je vous dis que les moments et les événements les plus douloureux d’une vie permettent d’élever son âme, que me répondez-vous ?

Oui, c’est vrai ! Tout le monde recherche la paix en soi-même, c’est pourtant les moments et les événements douloureux qui nous permettent de trouver cette paix.

Bruno Mars est un artiste très apprécié des français, surtout des françaises, pouvez-vous nous raconter comment s’est déroulée votre tournée avec lui ?

J’ai fait ses premières parties lors d’une tournée Européenne.  C’est un vrai gentleman, il est gentil, protecteur et très accueillant. J’ai été très bien reçu par son public, qui est jeune est principalement constitué de jeunes filles. J’étais un peu inquiète car je suis habituée à un public qui offre une mixité d’âge et finalement c’était super cool !

Quelles sont vos passions en dehors de la musique ?

J’adore les animaux, mon rêve est d’avoir une maison, comme tout le monde, mais avec des animaux. J’ai également une passion pour les requins, je regarde beaucoup de documentaires à ce sujet. Le dessin également, je dessine beaucoup depuis que je suis petite.

Quels sont vos projets futurs et vos envies pour votre carrière ?

Arriver au 2ème album ! (rires). Que le premier album soit suffisamment bien reçu afin qu’il me permette de réaliser le deuxième.

Un message à faire passer ?

Ne fumez pas !! (rires). Et j’invite tous vos lecteurs à venir sur ma page www.facebook.com/ALEXHEPBURN.OFFICIAL afin d’être informés des dates de concerts. Je réponds moi-même et à tout le monde !

Modelsnow lance une collection de vernis parfumés pour Asos

Modelsown lance une collection de vernis à ongles parfumés pour un été délicieusement fruité !

La célèbre marque de cosmétique Anglaise Modelsown propose désormais sa gamme de cosmétiques sur le site de mode londonien dont toutes les fashionistas raffolent : Asos.fr !

Disponible dans 5 nuances de pastel, cette collection de vernis à ongles propose une formule novatrice grâce aux effluves fruités qui émanent des ongles une fois secs.

 Arôme subtil de banane, note parfumée à la fraise ou muffin délicieux à la myrtille,  les manucures estivales s’inscrivent sous le signe de la gourmandise en 2013.

Sans titre1Sans titre2Sans titre3Sans titre4Sans titre5

Collection de vernis Modelsown – Disponible en 5 nuances fruitées
Apple Pie / Banana Split / Blueberry Muffin Grape Juice / Strawberry Tart
 En vente dès maintenant sur www.asos.fr
Prix de vente : 5 £ (5,90 €)

Concernant Models Own

Motivé par la mode rapide et recherchant l’inspiration à travers les podiums, Models Own créer des collections de cosmétiques et vernis à ongles menées par les tendances. Le tout dans une sélection allant des vernis à ongles brillant aux ombres à paupières scintillante.

http://www.modelsownit.com/

 

Concernant Asos

Asos est un site marchand généraliste de produits de beauté et de mode, proposant plus de 50 000 marques et sa marque en nom propre, en proposant des vêtements pour femmes, pour hommes, des chaussures, des accessoires, des bijoux et des produits de beauté.

Asos possède plusieurs sites visant le Royaume Uni, les USA, la France, l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et l’Australie et livre dans plus de 190 pays en provenance de son centre de distribution au Royaume Uni.

Visant les jeunes fashionistas, ASOS attire 17,5 millions de visiteurs par moins et au 31 mars a enregistré 8 million d’utilisateurs et 4,4 millions d’acheteurs actifs provenant de 160 pays.

www.asos.fr

Lutin en Folie, créateur de mode unisexe

Ni masculin, ni féminin, ou plutôt les deux à la fois, son style intrigue, amuse voir même dérange. Rencontre avec Lutin en Folie, un modeux atypique avec un sacré brin de folie qui ne laisse personne indifférent..et chez Fais Netour, on aime ça !

Lutin en folie, présentes-toi en quelques lignes !

Passionné de mode, la mode pour se différencier et non la mode pour ressembler aux autres. Comme c’est une passion récente (2-3 ans), elle est en dehors de tout cadre professionnel. Je pourrai me définir à ce jour comme un créateur de looks : looks sobres ou déjantés, mais toujours chic et jouant sur le masculin/féminin, qui est à mon avis une tendance forte de la mode actuelle. Blogueur, mon blog a pour originalité de pouvoir s’adresser aussi bien aux filles qu’aux garçons, tous passionnés de mode !

Tu portes bien ton nom avec tes looks totalement déjantés, d’où cette inspiration vient-elle ?

Mon inspiration vient de mon observation de la rue, des magazines, des vêtements trouvés ici et là dans les magasins et de mon imagination ! Je ne cherche jamais à reproduire un look complet, mais je compose des looks selon mon inspiration du moment à partir d’un vêtement, d’un accessoire, d’une couleur ou d’un assortiment de couleurs qui me plaisent.

D’ailleurs, pourquoi un « lutin » ?

C’était une observation d’une photographe à Cannes l’an dernier à la vue de ma tenue orange, qui fut selon moi ma plus belle tenue 2012 et qui m’a servi pour le « plus grand défilé de mode du monde » des Galeries Lafayette : elle m’avait dit que cela ressemblait à un lutin et ça m’avait plu !

Tu n’hésites pas à porter des vêtements destinés aux femmes, pourquoi ?

Mon principe est de ne faire aucune distinction entre les vêtements dits pour hommes et ceux dits pour femmes. Je choisis mes vêtements indifféremment dans les collections hommes et femmes en fonction de leurs qualités propres : coupe, originalité, qualité de la matière, beauté des couleurs, design. Il y a d’ailleurs beaucoup plus de choix dans les vêtements dits pour femmes, et ils sont en général plus beaux ! Ceci est aussi facilité par le fait que je suis mince et que j’ai de longues jambes élancées ! Comme je taille du 36 en bas et du 38 en haut je me sens plus à l’aise dans des vêtements de femmes ! En plus porter une jupe procure une sensation incroyable (de liberté, de transgression des règles, …) ! J’ai d’abord commencé par les jeans taille basse, puis slim, puis skinny, puis leggings, puis les jupes et collants sont venus presque naturellement. Là encore j’ai commencé par des jupes de type kilt puis petit à petit des jupes d’allure plus féminine, idem pour les shorts qui montrent encore mieux les jolies gambettes !

Je pense qu’il y a aujourd’hui une tendance chez certains hommes à vouloir des tenues plus girly, plus fun, d’où l’apparition dans leur garde-robe de couleurs considérées autrefois comme féminines (rose, jaune, pastels …). Les coupes des vêtements d’hommes évoluent aussi dans ce sens. Je pense me situer à l’avant-garde de cette tendance. En fait je souhaite composer un être mi-homme mi-femme qui choisit tout à fait librement sa façon de s’habiller et qui pourra adopter indifféremment un look plutôt masculin ou féminin selon les circonstances !

C’est à la Fashion Week que tu as rencontré Wilfrid Azencoth… Comment cela c’est-il passé ? D’ailleurs, depuis combien de temps t’y rends-tu ? Pourquoi ?

J’ai rencontré Wilfrid à la dernière Fashion Week car il m’a repéré et a apprécié mes looks. Cela fait moins d’un an que je vais aux Fashion Week parisiennes : j’ai découvert petit à petit comment cela se passait et c’est la première fois que j’y ai participé aussi intensément : Présence tous les jours (9 jours) pendant quelques heures, avec 9 looks différents (sobres ou déjantés !), assistance à de nombreux défilés et participation à la « Fashion Week off », celle des street-stylers, devant les lieux des plus grands défilés : notamment Jardin des Tuileries, Grand Palais et Palais de Tokyo ! Ce fut un moment très intense : pour la magie des défilés, le plaisir de se faire photographier (y compris avec des mannequins qui ont voulu poser avec moi) et de se faire complimenter ! L’ambiance générale autour des défilés, les très nombreux contacts avec le monde « off » de la mode : photographes, blogueurs, street-stylers du monde entier. Je crois que je n’ai jamais autant parlé anglais !

Que tires-tu de la dernière en question ? As-tu fait des rencontres intéressantes ?

J’ai doublé mon nombre d’amis sur Facebook suite à la Fashion Week ! C’était passionnant de partager les impressions sur la Fashion Week et la mode en général de personnes venues du monde entier et d’une ouverture d’esprit incroyable. J’ai notamment remarqué le plaisir et la fierté de toutes ses personnes de participer à ce si bel événement dans notre magnifique ville de Paris, qui conserve encore un pouvoir de fascination intact !

qpgi0qh5p4© Wilfrid Azencoth / www.PhotographerInTheCity.com

As-tu un modèle/une icône fashion ?

Jean Paul Gaultier, bien sûr !

Comment te procures-tu tous tes vêtements pour tes fashion looks ?

Je parcours les rues du Marais, qui est LE quartier de la mode, tous les samedis ! Je n’achète rien par internet, car j’ai besoin de voir les vêtements, les toucher, les essayer et voir la réaction des vendeuses ou vendeurs ! Je dispose maintenant d’une garde-robe assez imposante qui me permet de multiplier les combinaisons possibles, mais qui a aussi vocation à s’enrichir des nouvelles tendances !

De quoi serait composée ta garde robe idéale ?

C’est la mienne ! Il doit y avoir de quoi faire des mélanges homme/femme, des tissus fins et des cuirs, tous types de couleurs et de coupes, des basiques et des vêtements de créateur, idem pour les accessoires. Tout l’art vient des mélanges !

Quel est ton créateur/marque fétiche ?

Ma marque préférée est depuis un certain temps Sandro, pour les collections femmes.

Quel est ton dernier achat/coup de cœur mode ?

Outre les derniers achats de pièces de la collection été Sandro (jupe, robe, short, top, veste, foulard) une paire de sandales noires à talons compensés avec des clous sur la lanière arrière, trouvée chez Minelli ce samedi : torride !

Une petite adresse (boutique, restaurant, bar, club…) à nous conseiller au passage ?

Un magasin vintage qui s’appelle « Les Georgettes » et qui se situe rue Barbette (3ème) dans le Marais : on y trouve de très jolis vêtements et accessoires des années 20, 40, 60 !

Parle-nous davantage de ton blog… Dans quel but l’as-tu créé ?

Pour me faire connaître et partager ma passion avec d’autres. C’est un blog qui privilégie les photos, pour pouvoir être suivi même par les gens ne parlant pas français. Le « blog de Betty » m’a beaucoup inspiré pour mon lancement. 

Quel est le blogueur de mode qui t’influence le plus ?

Il n’y a pas de blogueur de mode qui m’influence. Ce que je fais est tout à fait original même dans le monde des blogs de mode !

On remarque depuis quelques années une explosion des blogs fashion… A quoi cela est-il dû selon toi ?

Cela traduit bien l’explosion de la mode que nous vivons actuellement. C’est d’ailleurs, je pense, un des seuls secteurs économiques qui se porte bien aujourd’hui. Il faut donc s’en réjouir, même s’il y a dans le lot des blogs à but simplement commercial.

As-tu des conseils à donner à ceux qui veulent se lancer dans un blog de mode ? Un outil indispensable ?

Je suis moi-même encore débutant en la matière et ce n’est pas évident de trouver l’aide technique nécessaire. WordPress est un bon support de blog, mais toutes les explications sont quasi-uniquement en anglais ! Les blogueurs doivent s’entre-aider ! Tout cela prend beaucoup de temps et il faut donc trouver ce temps ! Mais c’est une expérience d’une extrême richesse.

Pour finir Lutin en Folie, avec ton succès grandissant, tu as forcément des projets qui se dessinent..Quels sont-ils ?

Continuer à me faire connaître via mon blog, les Fashion Week et autres événements particulièrement médiatisés (prochain en date : Festival de Cannes), développer mon blog, vivre ma passion encore plus intensément, quitte à y basculer petit à petit si une perspective se présente dans la mode, le mannequinat, la communication, l’événementiel : Je suis ouvert à toute aventure qui pourra se présenter !

L’Eau for Her de Narcisco Rodriguez

Une eau mystérieuse

Cette eau n’est pas ce que l’on croit…ni eau fraîche, ni eau mixte, elle n’a rien d’une eau de Cologne, ni d’une eau de senteur. Elle n’est pas non plus la version allégée d’une création existante.

L’eau… for her

Dans ce nouvel opus for her, la parole n’est pas donnée aux notes hespéridées comme il est souvent de mise dans les eaux, mais aux fleurs, dans ce qu’elles ont de plus exaltant et délicat.

En prenant le contre-point des usages de la parfumerie, for her l’eau livre une interprétation originale sur le thème de l’eau. Et néanmoins, elle s’inscrit dans la tradition de la grande parfumerie car elle porte la signature chyprée des eaux à l’élégance intemporelle qui ont marqué l’histoire du parfum.

Ainsi, quand Narciso Rodriguez réinvente le chypre au début des années 2000 en le nuançant de muscs blancs, dix ans après, il propose une nouvelle vision de l’eau qui mêle l’inédit à l’éternel féminin.

L’eau inspirée

Attentif à celles qu’il croise au quotidien dans son univers urbain, c’est dans les multiples facettes de la personnalité féminine que Narciso Rodriguez trouve son inspiration. Touché par leurs attitudes, il crée une mode qui leur ressemble et sublime leur personnalité ; sans surenchère mais avec infiniment d’élégance et de légèreté.

A l’origine de for her l’eau il y a une muse moderne et anonyme, une femme parmi d’autres remarquée au détour d’une rue ou hélant un taxi. Là au milieu de l’effervescence, la force de sa féminité attire les regards, la fluidité de son allure fascine.
Pétillante et spontanée, elle traverse le quotidien avec aisance, avec un naturel désarmant et néanmoins envoûtant, qui provoquerait presque l’envie.
Cette muse-là séduit, presque malgré elle. Son élégance, c’est la grâce et le charme qui se dégagent de ses attitudes. Son aura, c’est la sensualité pure qui émane de sa spontanéité.

Naturelle, toute en fraîcheur et en délicatesse, c’est son état d’esprit qui a inspiré le nom de la nouvelle composition for her.

L’eau revisitée selon Narciso Rodriguez

C’est une brassée de fleurs qui raconte en parfum la féminité incarnée par for her l’eau : une envolée florale si aérienne que les pétales de chacune pourraient s’envoler au moindre souffle.

Dans un accord « fleurs d’eau » aux accents cristallins, le jasmin des poètes mêle son parfum sucré et miellé aux notes légèrement aqueuses et plus fraîches du cyclamen.
Le parfum aérien et légèrement rosé de la rose pivoine apporte un souffle délicat.
Croquant, le parfum vert des clochettes de muguet nuance l’accord floral tendre de la rose pivoine d’une note vive et fusante.

Ces trois facettes florales se mêlent en douceur au cœur de musc, signature fondatrice et emblématique des parfums narciso rodriguez. Elles se fondent ensuite dans la sensualité des notes ambrées et boisées aux accents de patchouli.

On y retrouve la sensualité pure et addictive d’un parfum de peau. On y découvre aussi une nouvelle émotion, aérienne et vive, comme un écho à la féminité qui l’a inspirée.

for her l’eau a l’élégance absolue d’un chypre, rafraîchi par l’esprit tendre et cristallin des fleurs. Un souffle sur la peau qui exalte le sillage addictif de for her…

L’eau… un écrin tendresse

Comme le flacon des versions qui l’ont précédé, celui de for her l’eau évoque la fascination de Narciso Rodriguez pour l’architecture de New-York et ses grands immeubles habillés de verre. Derrière leurs façades baignées de soleil, ça vit, ça palpite, comme si le cœur de la vie new-yorkaise battait à l’abri de ces écrins.

Entre opacité et transparence, ce flacon concentre, dans un élégant équilibre, la dualité de force et de fragilité chère à Narciso Rodriguez. Mais surtout, il garde intact le mystère du parfum : dérobé aux yeux, il reste le secret de celle qui le porte.

L’eau… incarnée

Muse iconique, Carmen Kass prête à nouveau ses traits pour incarner la féminité de for her l’eau.
Dans cette nouvelle attitude captée par le talent de Inez van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, elle a le mystère indéfinissable d’une Mona Lisa moderne.
Beauté pure nuancée d’une douce insolence, elle incarne une féminité moderne, à la fois spontanée et affirmée, et propose une autre vision de l’éternel féminin.

 » Carmen’s languid grace and natural beauty personifies the spirit of for her l’eau. There’s a nonchalance in her expression, an easy elegance that evokes perfectly what’s special yet so intangible about this new fragrance  » Narciso Rodriguez

 

NR_FH l eau_Ad Visual_for editorial use only

“There’s a sexy spontaneity, an insouciant spirit, that for her l’eau captures, rendering anew the mystery and timeless sensuality of the original for her.” 

Narciso Rodriguez

Les Frères Ferré…Deux blogueurs mode dans un milieu féminin (ou presque)

Ils se sont fait remarqués lors de la dernière Fashion Week automne-hiver 2013/2014 aux côtés des plus hautes pointures de la mode et par leur sens déjà bien aiguisé du style et des tendances. Lookés et un peu over-bookés, les Frères Ferré nous ont fait le plaisir, entre deux posts sur leur blog, de répondre aux questions de Fais Netour.

65741_487766974606172_2066624679_n© Wilfrid Azencoth / www.PhotographerInTheCity.com

Les Frères Ferré, dites-en nous un peu plus sur vous deux…

Nous sommes demi frères mais également bloggeurs et étudiants. Charlie étudie le design d’espace à l’école Boulle et Oscar la création textile.

Cela fait désormais quelques années que vous vous faites remarquer sur la fashion week par vos looks de folie, que tirez-vous de la dernière FW en question ?

De très bon moment surtout, nos fashion weeks sont constituées de rencontres et nous apprennent toujours énormément. Même si une  FW reste quelque chose de physiquement éprouvant, nous ne gardons que le meilleur et mettons un point d’honneur à en profiter au maximum. Nous nous rendons à toutes les FW, défilés homme, femme ou encore couture donc cela représente tout de même des périodes assez longues pendant lesquelles nous n’avons pas réellement de temps pour nous. C’est donc un non stop mais un non stop génial.Nous nous amusons beaucoup.

D’où vous est venue cette passion commune pour la mode ? Quelles sont vos sources d’inspirations ?

Nous ne définirions pas la mode comme une passion, plutôt comme un mode de vie, une certaine façon d’appréhender les choses. Ce n’est donc pas quelque chose qui nous a subitement intéressé mais qui devait être en nous dès le début, nous avons juste appris à développer cela au fil du temps, à le cultiver.

Malgré vos jeunes âges, on vous a vu aux coté d’Anna Wintour, d’Anna Dello Russo et bien d’autres à la FW… Quelles ont été vos impressions ?

Juste le sentiment d’avoir affaire à des personnes normales et plus accessibles que ce que l’on aurait tendance à penser. Le monde de la mode n’est pas aussi impénétrable que ce que l’on croit souvent. Ces rencontres nous apportent beaucoup et sont très enrichissantes. Anna Wintour ou Anna Dello Russo restent des pointures du milieu qui ont beaucoup à nous apprendre, ce sont des personnages fascinants que nous respectons énormément.

A force de rencontrer des stars de la mode… Avez-vous une icône fashion ?

Nous admirons le flair stylistique et la personnalités de Rachel Zoe ou des russes du moment (Ulyanna Sergeenko, Elena Perminova, Miroslova Duma etc.) ou encore de Carine Roitfeld. Elles ont toutes un certain don pour composer des ensembles élégants tout en sachant se renouveler et en gardant le sourire. Coté Homme, nous n’avons pas encore trouvé de modèle mode, un jour peut être…

Comment vous procurez-vous tous vos vêtements pour vos fashion looks ?

Essentiellement dans des boutiques vintage car le quartier ou nous vivons actuellement regroupe les meilleures friperies de Paris. Nous adorons chiner et pouvons passer des heures dans les magasins spécialisés à la recherche de nouvelles pièces. Nous nous fournissons également sur des e-shops comme tout le monde ou par le biais de collaborations avec des marques de prêt à porter.

Vous devez sans doute rêver d’une garde-robe idéale…De quoi serait-elle composée ?

La garde robe idéale n’existe pas, un dressing c’est quelque chose en constante mutation, il doit évoluer au grès de nos humeurs et envies, on doit toujours se donner la possibilité de l’enrichir ou au contraire d’y enlever quelque chose. Sinon pour répondre à la question nous penserions à quelque chose divisé entre des pièces classiques et d’autres plus avant gardistes et surtout de très bons accessoires et paires de chaussures: ce sont eux qui déterminent la qualité d’une tenue.

Quel est votre créateur/marque fétiche ?

Il est assez compliqué d’avoir un créateur ou une marque fétiche dans le contexte mode actuel. Le milieu évolue très rapidement, les DA passent d’une maison à l’autre et on leur demande d’être très productifs, de proposer quelque chose de nouveau à chaque collection, nous ne sommes plus dans l’idée de continuité dans la prolongation d’un style et de codes d’une saison à l’autre. C’est pourquoi chaque saison révèle son lot de bonnes et mauvaises surprises, une collection peut se révéler décevante ou au contraire vous faire renouer avec une maison. Nous apprécions les labels avec des codes et univers bien présents comme Alexander Wang ou Mc Queen.

Capture d’écran 2013-04-24 à 19.45.56© Wilfrid Azencoth / www.PhotographerInTheCity.com

En tant que blogueurs mode, vous faites sans doute beaucoup les boutiques. Quel est votre dernier achat/coup de cœur mode ?

Des chemises vintage pour l’été avec des imprimés géométriques type années 70, nous rêvons de soleil et d’un peu de temps pour respirer donc ce type d’achats estivaux suffit généralement à nous redonner le sourire à l’issue d’un hiver assez pénible.

Une petite adresse (boutique, restaurant, bar, club…) à nous conseiller au passage ?

Nous aimons passer nos soirées au Carmen, le cadre est parfait le service également.

Vous avez créé un blog, pourquoi, dans quel but ?

Tout simplement parce qu’il y avait beaucoup de bloggeuses mode mais très peu de bloggeurs à nos yeux, nous voulions avoir notre mot à dire. Créer un blog, c’est également une manière de garder une trace de notre jeunesse et de nos premières années à Paris, de nos débuts dans la vie en quelque sorte. Nous vivons des choses exceptionnelles depuis que nous nous sommes lancés dans l’aventure.

Qu’est-ce que cela vous apporte de figurez dans les pages mode/looks de nombreux blogs et magazines suite à la FW ?

Cela ne nous rend pas particulièrement fiers, nous voyons plutôt cela comme une récompense, le point d’orgue d’une fashion week réussie. Un nombre important de parutions signifie surtout pour nous que nous avons fait du bon travail .

Avez-vous un site/blog préféré ?

Pas vraiment, nous nous contentons surtout de nous tenir au courant de l’actualité mode, sinon nous apprécions les tumblr spécialisés ou des blogs comme The Glamourai, Fashematics ou encore The Coveteur.

Quel est le blogueur de mode qui vous influence le plus ?

Sans aucun doute Chiara Ferragni de « The blond salad », sa réussite dans la blogosphère est incontestable et lui a ouvert de nombreuses portes. Mais la mode est avant tout une vraie passion pour elle, cela se ressent dans tous ses posts qui sont remplis de bonne humeur.

Quant à l’explosion des blogs fashion, quel est votre avis ?

C’est vrai que l’on ne sait plus trop où donner de la tête tant ils se multiplient. Nous avons longuement réfléchi avant de lancer lesfrèresferré.com,il faut être sûr de pouvoir proposer quelque chose de nouveau, de pouvoir faire face à la durée…de tirer son épingle du jeu en somme.

Des conseils à donner à ceux qui veulent se lancer dans un blog de mode ? Un outil indispensable ?

Cela peut paraître évident mais un bon appareil photo, sans hésiter. Au début nous avons commencé à shooter avec un appareil de qualité plutôt médiocre avant de nous rendre compte que nous ne pouvions pas continuer à travailler dans de telles conditions, cet investissement était devenu une nécessité et tout va mieux depuis.

Enfin, avez-vous des projets à nous confier ?

On commence à nous proposer des projets assez intéressants mais nous préférons vous faire la surprise, l’avenir vous le dira !